>Sois yeux


>
Soyeuse toyeuse la soie
que toi, tu viens d’un geste,
pas autre que glacieusement
impérial et, exposée, tombe la parole,
elle ne dit rien et s’ouvre.

Tu ne vois que d’yeux. Un instant
plus tard tu te les fermeras
mi-clos. Tu dis: un instant.

Rien n’empêche l’attente,
prélude à l’attentat
à la descente du soir s’ouvrant
à la nuit où toi et moi passerons.

Advertenties