>D’après la langue


>

Lumière des mènes dont
le phéno nous mène loin,
non de préférence sous la main.

Le cyclope regarde dans le vide,
s’ouvrant sur l’imagerie
télévisée. Honnêtement,

je le veux
énoncer
et il m’échappe.

Nous nous remplissons, alors,
nous nous complétons, alors,
nous nous approchons.

Y-a-t-il lumière
dans la petite mort?

Inouï comme nous perçons
phénoménalement dans lalangue

à nous souscrire notre part du chemin

Geef een reactie

Vul je gegevens in of klik op een icoon om in te loggen.

WordPress.com logo

Je reageert onder je WordPress.com account. Log uit /  Bijwerken )

Google photo

Je reageert onder je Google account. Log uit /  Bijwerken )

Twitter-afbeelding

Je reageert onder je Twitter account. Log uit /  Bijwerken )

Facebook foto

Je reageert onder je Facebook account. Log uit /  Bijwerken )

Verbinden met %s