>Pour qui veut écouter et voir all along the watchtower

et pour le lire:

Il doit y avoir une issue quelque part
dit le plaisantin au voleur
Il y a trop de confusion
Je n’arrive plus à respirer
Les hommes d’affaires ont bu mon vin
Les laboureurs ont creusé ma terre
Aucun ne rendra le vin
Personne n’en a la moralité

Aucune raison de t’énerver
Lui répondit gentiment le voleur
Il y en a beaucoup d’entre nous
Qui pensent que la vie n’est qu’une blague.
Mais toi et moi on a dépassé tout ça
Et ce n’est pas notre destin
Alors ne parlons plus faussement maintenant
Il se fait tard

Tout le long de la tour de garde
Les princesses regardaient le paysage
Pendant que toutes les femmes allaient et venaient
Ainsi que les domestiques pieds nus
Au loin dans le froid
Un chat sauvage a miaulé
Deux cavaliers approchaient
Et le vent commença à hurler

>Au-delà de la querelle


>

Au-delà de Byzance, ciselée et solidifiée,
se trouve à présent Istanbul. Au-delà
de Byzance se tait
la querelle, une plume tombant par terre.

Il y a une porte une seule
par laquelle l’élévation a lieu.
Jamais de la vie ni des poils.
Peindre les mains et les pieds
d’une couche d’apprêt à quelque contraste.

Ci et là gît une poussière bleuâtre,
prenant une forme vague
de femme, y compris temple et bout des seins.

Coupoles d’Istanbul,
ainsi le font-elles,
divinement et pleines de grâce.

Bizar Byzantium


Voorbij de kwestie

 


Bovenop Byzantium gebeiteld en gestold

ligt thans Istamboel. Verderop,

voorbij Byzantium verstomt

de kwestie, bereikt een veer begane grond.

 

Er is een poort een enkele

waarlangs opgang plaats vindt.

Geen haar nog denkt er ook maar.

Handen en voeten in grondverf zetten

motieven met enig contrast.

 

Hier en daar ligt nog wat blauw

stof bijeengewaaid, vaag

komt het voor als van vrouw,

tempel en tepel inbegrepen.

 

Koepels van Istamboel,

zo doen ze het,

hemels en wel.

 


 Sidi Jabeur, 9 juli 2005 – Antwerpen 20 februari 2007